Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ferret Carole, Une civilisation du cheval. Les usages de l’équidé de la steppe à la Taïga

Paris, Belin, 2009, 350 p., carte, illustrations, glossaire, index, préface de J.-P. Digard, Postface de J.-L. Gouraud. ISBN 978-2-7011-4819-9
Anne Ducloux
Référence(s) :

Ferret Carole, Une civilisation du cheval. Les usages de l’équidé de la steppe à la Taïga. Paris, Belin, 2009, 350 p., carte, illustrations, glossaire, index, préface de J.-P. Digard, Postface de J.-L. Gouraud.

Texte intégral

1Relevant à la fois de l’hippologie et l’ethnographie, le livre de Carole Ferret nous entraîne dans le monde du cheval et nous invite à parcourir l’Asie de la steppe et de la taïga, archétype de la civilisation du cheval, en passant en revue tous les usages que ses habitants font de l’équidé.

2Dans le premier Chapitre, Carole Ferret retrace l’évolution quantitative et qualitative du cheptel équin et recense les caractéristiques propres aux chevaux élevés dans chaque région. Elle énumère ensuite les modifications que l’idéologie soviétique apporta dans les notions de sang et de race ainsi que les améliorations menées par les kolkhozes et la sélection par croisement opérée par quelques fermes d’Etat, ou zavodskie que l’on pourrait comparer à des « haras » à la manière soviétique.

3Dans le chapitre deux, l’auteur examine une à une toutes les techniques culinaires liées aux produits équins, de la viande aux abats et du lait à ses dérivés dont le plus connu est le kumys ou lait de jument fermenté. Carole Ferret y décrit les modes de cuisson, les interdits alimentaires, les procédés de conservation, etc., relevés depuis la Iakoutie au Nord, jusqu’au Turkménistan et au Kirghizstan au Sud.

4Après avoir énuméré les pratiques alimentaires liées à la chair du cheval, le troisième chapitre inventorie l’emploi que les habitants des steppes et de la taïga font de sa toison, de sa peau, de ses sabots, des tendons et des os, région par région. Carole Ferret passe ainsi en revue toutes les parties et matières du corps dont se servent les Iakoutes, les Kazakhs, les Ouzbeks, les Kirghizes, les Khakasses, les Bouriates et les Turkmènes pour fabriquer selles, outres, vêtements, récipients, combustibles, etc. pour leurs usages quotidiens ou cérémoniels.

5Dans la quatrième partie, on découvre l’utilisation que les hommes de cette vaste région font de la force de travail du cheval. Bête de somme pour le portage, il sert aussi d’animal de selle à ces peuples de cavaliers dont Carole Ferret dépeint longuement les techniques équestres, depuis l’apprentissage des enfants jusqu’aux différents modes de monte. Aidés de croquis tracés par l’auteur, on se représente aisément le quotidien de ces hommes de l’art que sont les caravaniers, les chasseurs et autres coureurs de steppe. Grâce aux dessins de l’auteur, on arrive même à imaginer la prestance du cavalier ou sa désinvolture, son milieu social et son statut, ainsi que les diverses allures du cheval, et, notamment, la mieux connue des occidentaux amateurs de chevaux asiatiques, l’amble, si prisé pour le confort qu’il procure.

6Enfin, dans la cinquième et dernière partie, Carole Ferret dresse le catalogue de tous les rituels où le cheval est mis en cause pour évoquer ses fonctions cérémonielles. L’auteur s’y étend longuement sur ses fonctions sacrificielles lors des funérailles, fonctions qui ont à peu près disparu de nos jours mais que l’auteur s’efforce de faire revivre à travers de nombreuses citations. Tout au plus pourrait-on regretter que, dans cette partie ethnographique de l’ouvrage, les grands topoi de l’anthropologie sociale ne soient qu’esquissés alors que tous les matériaux pour une discussion théorique étaient rassemblés. Ainsi le qalym ou prix de la fiancée, ici avec retour, selon l’expression d’A.Testart, (1996, « Le prix de la fiancée et autres prestations destinées aux parents de l’épouse dans quelques sociétés primitives », Annales de la Faculté de Droit de Clermont-Ferrand 32, p. 256-260 et 1997, « Pourquoi ici la dot et là son contraire ? Exercice de sociologie comparative », Droit et Cultures 32 : 7-36 ; 33 : 117-138 ; 34 : 99-134.) ; le qalym tel que décrit dans l’ouvrage pouvait constituer une nouvelle pierre dans l’édifice toujours en chantier de la dot. De même pour la compensation versée en matière de vengeance privée, où le cheval pouvait compenser le prix du sang. De la même façon, la richesse des sources citées aurait sans doute permis une analyse plus conceptuelle des funérailles dont, pourtant, la description nous échappe puisque Carole Ferret s’attache uniquement à étudier le rôle qu’y joue, ou plus exactement y jouait, le cheval sacrifié : celui de monture pour conduire le défunt vers un au-delà qui n’est pas défini, de représentation métonymique du troupeau dont il aura besoin dans cet au-delà et de nourriture pour les personnes participant aux rites funéraires. Il est enfin dommage que l’article de S. Jacquesson (2007, « Le cheval dans le rituel funéraire kirgiz : variations sur le thème du sacrifice » Journal asiatique 295 (2), 383-414) ne figure pas parmi les nombreuses citations sur ce sujet.

7Au demeurant, on sait que l’auteur envisage de développer ailleurs les divers aspects plus proprement anthropologiques de cette civilisation du cheval.

8Comme le titre l’indique, C. Ferret a réalisé l’état des lieux de cette civilisation du cheval. Et quel état des lieux ! ... Alors ne boudons pas notre plaisir et tant pis si l’analyse anthropologique n’y a que peu de place. Cela ne viendra pas gâcher la lecture d’un ouvrage remarquable que les « hommes (et femmes) de chevaux » dévoreront pour assouvir leur soif de connaissance sur les chevaux des steppes et de la taïga. Comme le titre de l’ouvrage nous y invitait, Carole Ferret, grâce aux données ethnographiques qu’elle a su nous transmettre dans un style clair et agréable à lire mais aussi à ses croquis et illustrations photographiques, nous a permis de voyager dans une civilisation qui est bien celle du cheval.

9Pour toutes ces raisons, le livre de Carole Ferret est un apport exhaustif et définitif à la science hippologique et à l’ethnographie du monde équestre des steppes et de la taïga.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Ducloux, « Ferret Carole, Une civilisation du cheval. Les usages de l’équidé de la steppe à la Taïga », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 42 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://emscat.revues.org/1911

Haut de page

Auteur

Anne Ducloux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École pratique des hautes études
  • Revues.org