Navigation – Plan du site
Résumés de thèses

Juliana Holotová Szinek, L’organisation sociale et économique des Xiongnu de Mongolie. Interprétation des sources archéologiques et textuelles (iiie siècle avant notre ère –iiie siècle de notre ère)

Texte intégral

1Longtemps identifiés aux Huns européens (iv-ve siècle), les Xiongnu ou Khünnü en mongol, habitant la Mongolie, la Chine du Nord et la Transbaïkalie entre le iiie siècle avant notre ère et le iiie siècle de notre ère, ont été considérés comme des guerriers nomades dépendant de ressources économiques extérieures. Cependant, cette vision se fonde sur des données partielles et partiales dont, notamment, les textes historiques chinois relatifs aux Xiongnu. C’est la raison pour laquelle j’ai étudié cette population à travers les matériaux archéologiques et à partir d’une lecture critique de ces mêmes sources chinoises. Une attention particulière est consacrée à l’environnement (Fig. 1) et à l’organisation territoriale des Xiongnu ainsi qu’aux domaines significatifs de leur culture matérielle. Fondée sur ces éléments, la reconstitution de leur organisation sociale et économique permet d’évaluer la portée de la confédération xiongnu dans les échanges avec la Chine et l’Asie Centrale.

Environnement typique des Xiongnu était constitué de steppes boisées (khangaj) et de forêts plutôt que des steppes herbeuses. Les deux types d’écosystèmes dans la vallée de la rivière Khünnüj, province de l’Arkhangaj

Environnement typique des Xiongnu était constitué de steppes boisées (khangaj) et de forêts plutôt que des steppes herbeuses. Les deux types d’écosystèmes dans la vallée de la rivière Khünnüj, province de l’Arkhangaj

Juliana Holotová Szinek

2Une recherche globale sur les sites d’habitat fonctionnant en tant que centres administratifs, commerciaux et artisanaux – la première de ce type – a permis de porter un autre regard sur l’économie des Xiongnu. Désormais, les Xiongnu ne peuvent plus être vus seulement comme un peuple de nomades dont l’économie reposait sur l’élevage du bétail et des chevaux, mais comme un peuple disposant, il faut le reconnaître, de ressources économiques bien plus variées. Les Xiongnu étaient dotés d’une grande mobilité grâce à l’élevage des chevaux (Fig. 2) et leurs territoires bénéficiaient d’une structure du relief se prêtant à de longs déplacements. La mobilité, la position stratégique de la Mongolie et un terrain offrant une certaine fluidité des déplacements sont des conditions idéales pour les échanges de biens. Pourquoi les Xiongnu n’auraient-ils utilisé de tels atouts que pour le pillage en Chine et les guerres, alors qu’ils avaient la possibilité de s’enrichir dans le commerce de longue distance ?

Aiguilles de mors en corne et mors en fer, cimetière d’Egijn Gol, province du Bulgan

Aiguilles de mors en corne et mors en fer, cimetière d’Egijn Gol, province du Bulgan

Reconstitution de l’équipement des cavaliers xiongnu réalisée selon les découvertes archéologiques en Mongolie (d’après D. Tseveendorj D. Цэвээндорж Д., Recherches archéologiques en Mongolie Монголын Археологийн Судалгаа, vol II, 1983-1992, Sh. U. A., Arkheologiin Khureelen, Oulan-Bator, 2003, p. 75)

Mission archéologique française en Mongolie

3L’organisation de l’entité politique xiongnu – une question longtemps discutée parmi les spécialistes –, a pu être précisée grâce à l’étude de l’emprise territoriale et des réseaux de sites au niveau local, régional et supra-régional. Jadis considéré comme un empire, la formation politique des Xiongnu apparaît dès à présent comme une confédération des populations de multiples régions. L’étude menée dans cette thèse à partir de la réalité matérielle et historique, reliant un grand nombre de facteurs comme l’économie et l’environnement, l’espace et la mobilité, a ainsi permis de donner de la société xiongnu une image moins floue et plus complète que ce n’était le cas auparavant, qui peut servir de trame pour de futures recherches spécialisées.

4Pour les peuples ayant vécu et vivant sur le territoire de la Mongolie, l’époque des Xiongnu représente la période où se forment les fondements de leurs relations avec les pays étrangers. Ils furent exposés à la puissance chinoise, mais traitèrent aussi avec de nombreux voisins en Sibérie, Mandchourie et en Asie Centrale.

Décor de cercueil en forme de quadrifoliés typique des tombes xiongnu inspiré des éléments chinois et centrasiatiques. Vue du décor in situ, tombe 1, nécropole de Duurlig Nars, province du Khentij. Feuille d’or posée sur les âmes en fer. Epoque des Xiongnu (IIIe siècle avant notre ère – IIIe siècle de notre ère), Académie des Sciences de Mongolie

Mission archéologique mongole et coréenne

Décor reconstitué, tombe T1, nécropole de Gol Mod, province de l’Arkhangaj

Mission archéologique française en Mongolie

5D’une manière générale, la culture xiongnu affiche une capacité exceptionnelle à intégrer et à diffuser une variété d’éléments extérieurs et indigènes.

Décor en virgules typique de l’art xiongnu et diffusé bien au-delà de leurs territoires : sur la plaque en bronze à motif de bovins (IIIe siècle avant notre ère – IIe siècle de notre ère), ce décor constitue les corps des créatures

Décor en virgules typique de l’art xiongnu et diffusé bien au-delà de leurs territoires : sur la plaque en bronze à motif de bovins (IIIe siècle avant notre ère – IIe siècle de notre ère), ce décor constitue les corps des créatures

Collection des steppes, Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg

6Une meilleure connaissance des Xiongnu permet de redécouvrir une autre tradition présente sur le sol mongol, jusqu’alors cachée sous les couches des cultures plus récentes, notamment celle de l’empire de Gengis khan. Cette recherche montre également comment le regard que la civilisation mongole moderne porte sur son passé peut influencer son développement ou se manifester concrètement dans sa vision de l’avenir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Environnement typique des Xiongnu était constitué de steppes boisées (khangaj) et de forêts plutôt que des steppes herbeuses. Les deux types d’écosystèmes dans la vallée de la rivière Khünnüj, province de l’Arkhangaj
Crédits Juliana Holotová Szinek
URL http://emscat.revues.org/docannexe/image/1655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Aiguilles de mors en corne et mors en fer, cimetière d’Egijn Gol, province du Bulgan
Légende Reconstitution de l’équipement des cavaliers xiongnu réalisée selon les découvertes archéologiques en Mongolie (d’après D. Tseveendorj D. Цэвээндорж Д., Recherches archéologiques en Mongolie Монголын Археологийн Судалгаа, vol II, 1983-1992, Sh. U. A., Arkheologiin Khureelen, Oulan-Bator, 2003, p. 75)
Crédits Mission archéologique française en Mongolie
URL http://emscat.revues.org/docannexe/image/1655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
URL http://emscat.revues.org/docannexe/image/1655/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Décor en virgules typique de l’art xiongnu et diffusé bien au-delà de leurs territoires : sur la plaque en bronze à motif de bovins (IIIe siècle avant notre ère – IIe siècle de notre ère), ce décor constitue les corps des créatures
Légende Collection des steppes, Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg
Crédits Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg
URL http://emscat.revues.org/docannexe/image/1655/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thèse de doctorat en archéologie de l’Université Paris IV-Sorbonne (366 p.+ 118 p. d’annexes), soutenue le 13 décembre 2008. Membres du jury : Flora Blanchon (directeur de thèse), Jacques Legrand (rapporteur), Olga Lomová (rapporteur), François Macé (rapporteur), Damdinsürengijn Tseveendorj (co-directeur de thèse).

Référence électronique

« Juliana Holotová Szinek, L’organisation sociale et économique des Xiongnu de Mongolie. Interprétation des sources archéologiques et textuelles (iiie siècle avant notre ère –iiie siècle de notre ère) », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 40 | 2009, mis en ligne le 28 décembre 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://emscat.revues.org/1655

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École pratique des hautes études
  • Revues.org