Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Karakalpakistan, La Voix des Ancêtres

Buda records 3017797
Xavier Hallez
Référence(s) :

Karakalpakistan, La Voix des Ancêtres, Buda records 3017797

Texte intégral

  • 1  Les extraits vidéos et audios proviennent d’un enregistrement réalisé par Karl Reichl en 1993. Rei (...)

1Ce disque est le premier consacré entièrement à la musique du Karakalpakistan. On ne disposait auparavant que des extraits chantés de l’épopée karakalpake Edige enregistrés par Karl Reichl et publiés en accompagnement de sa traduction de cette épopée en 20071.

  • 2  Un recueil d’articles consacrés aux Karakalpaks a été publié en français en 2002 : « Karakalpaks e (...)

2Le Karakalpakistan, république autonome d’une superficie de 170 000 km², se situe dans la partie occidentale de l’Ouzbékistan, aux frontières avec le Turkménistan et le Kazakhstan. Zone désertique prise entre les fleuves de l’Amu-Darya et du Syr-Darya, il est surtout connu par la catastrophe de la mer d’Aral. Aujourd’hui complètement sédentaires, les Karakalpakes menaient, avant la soviétisation, un mode de vie semi-sédentaire. Leur activité se partageait entre une agriculture d’irrigation et un élevage de bovins. La population s’élève maintenant à 1,6 millions2.

  • 3  La collection Sibérie, qui compte aujourd’hui 10 CD, a été produite par Buda records. Le dernier p (...)

3Le présent disque offre un éventail diversifié de la musique karakalpake : chants accompagnés, chants a capella et mélodies instrumentales. Les enregistrements sont le résultat d’un travail de terrain effectué en 2007. Le disque s’inscrit d’ailleurs dans le cadre d’une nouvelle collection chez Buda records, intitulée sobrement « Asie intérieure », dont il est le premier numéro. Le principe de cette collection est de faire découvrir les pratiques musicales actuelles dans cette vaste zone. A ce jour, la majorité des disques consacrés à l’Asie centrale concerne la musique savante ouzbèke. Le disque, préparé par Frédéric Léotar, s’en distingue, en ce sens qu’il s’attache à ouvrir aussi sur les formes musicales populaires. Il est par contre proche dans sa démarche des disques réalisés par Henri Lecomte sur le Kirghizistan ou la Sibérie3. Il est encore plus particulièrement le fruit d’un travail d’ethnomusicologue.

4Frédéric Léotar nous offre à écouter dans son disque une musique qui est traversée par les diverses cultures musicales turciques d’Asie centrale. La proximité des Karakalpaks avec les Turkmènes, les Ouzbeks ou les Kazakhs est évidente aussi bien dans la musique, que dans les genres et dans les termes employés. On remarque que lun des trois types de chanteurs épiques ou bardes distingués par Frédéric Léotar, le jyrau (les deux autres types étant le baksy et le qyssakhan), se retrouve aussi bien chez les Karakalpaks que chez les Kazakhs. Il est aussi intéressant de noter qu’actuellement les jyrau kazakhs s’accompagnent à la dombra (luth à deux cordes), alors qu’auparavant ils utilisaient la vièle kobyz à l’instar de leurs homologues karakalpakes. Les vièles kobyz karakalpake et kazakh sont d’ailleurs de même facture.

5Le disque comprend trois morceaux interprétés par des bardes jyrau. Leur chant est guttural, tout comme l’est celui des jyrau kazakh de la région voisine du Syr-Darya. Deux modes d’interprétation sont présents dans les enregistrements : un chant accompagné à la vièle girzek et une alternance entre musique instrumentale et déclamations de vers. Les baksy ou bakhsy s’accompagnent au luth dutar et sont, comme l’indique Frédéric Léotar, « l’équivalent des baksy ouzbeks (Khorezm) et turkmènes ». Ils partagent le même instrument. Les baksy sont les seuls à pouvoir être accompagnés par un autre musicien. La tradition musicale turcique est en effet celle de musiciens jouant en solo. Deux plages (2 et 7) nous présentent un duo, une femme baksy qui s’accompagne au dutar et un musicien jouant de la vièle girzek (semblable au ghijak ouzbek). Cette forme est une influence des populations sédentaires, que l’on retrouve aussi chez les Turkmènes. Deux types de chant a capella sont présentés. Le premier est virtuose et répond à un cadre précis. Le second correspond aux pratiques populaires. L’ensemble des chants est présenté en version trilingue (karakalpake-français-anglais), ce qui est très précieux. La seconde partie du disque est consacrée à des morceaux instrumentaux au dutar, à la vièle kobyz et girzek et à divers petits instruments (guimbarde, guimbarde en bambou à traction, clarinette et sifflet en argile). Il faut saluer la qualité des enregistrements, bien qu’ils aient été collectés en dehors de tout studio.

6Le choix de Frédéric Léotar a été de proposer essentiellement des interprétations par la nouvelle génération, hormis pour le chant a capella. Cela laisse à supposer que ce dernier mode est moins transmis aux jeunes. Il est cependant dommage que les anciens soient si peu représentés. Les plages 18 et 19, morceaux instrumentaux au kobyz, sont interprétés par des musiciens plus âgés et sont particulièrement belles et expressives. Il aurait été intéressant d’avoir une plage équivalente pour des morceaux au dutar et pour les mélodies des jyrau et des baksy.

7La principale critique est l’absence de définition précise pour la dénomination des mélodies. Qosyq désigne apparemment une mélodie accompagnée au dutar et interprétée par un baksy, à l’exception de la plage 14 a capella. Les mélodies populaires begler et keng’es sont mentionnées pour servir de base à des mélodies qosyq, mais la relation n’est pas explicitée. La mélodie saz semble être caractérisée par son aspect strictement instrumental, à l’image des kuï kazakhs ou kirghizes.

8Le disque est accompagné d’un DVD, qui permet de visualiser les musiciens et les instruments (dans l’ordre luth dutar, clarinette sybyzgy et vièle kobyz). Le DVD se compose de 6 chapitres, comprenant 5 morceaux présents sur le disque audio (notamment la très belle berceuse de la plage 12) et une mélodie en bonus. Les chapitres 3 et 4 du DVD sont particulièrement intéressants. Le premier présente un jeu habituel à la clarinette sybyzgy, tandis que le second offre une version bruitiste du même instrument. D’une durée d’environ 15 minutes, le DVD apparaît un peu court et nous donne envie d’avoir plus d’images. Il ne reste donc plus qu’à se rendre au Karakalpakistan.

Haut de page

Notes

1  Les extraits vidéos et audios proviennent d’un enregistrement réalisé par Karl Reichl en 1993. Reichl Karl (ed.), Edige : a karakalpak heroic epic as performed by Jumabay Bazarov, Helsinki : Academia Scientiarum Fennica, 2007, 498p. Dans le disque associé au livre de Ted Levin, The Hundred Thousand Fools of God, Indiana U. P., Bloomington, 1999, le seul morceau karakalpak est aussi interprété par Jumabay Bazarov (plage 16 : « Ode to Maxtum Quli »).

2  Un recueil d’articles consacrés aux Karakalpaks a été publié en français en 2002 : « Karakalpaks et autres gens de l’Aral : entre rivages et déserts », Cahiers d’Asie centrale [IFEAC], n°10(2002). Il existe aussi deux autres publications récentes : Utegenov Quatbay, Karakalpak folk tales, Trafford Publishing, Victoria B.C.(Canada), 2005, 394p. ; DoniyorovaSaodat , Parlons karakalpak, L’Harmattan, Paris, 2003, 234p.

3  La collection Sibérie, qui compte aujourd’hui 10 CD, a été produite par Buda records. Le dernier présente la musique altaïenne (Sibérie 10 : Altaï, le chant des montagnes d’or, Buda records 3017818). Musiques du Kirghizstan, Buda records 92631-2.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://emscat.revues.org/docannexe/image/1643/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Hallez, « Karakalpakistan, La Voix des Ancêtres », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 40 | 2009, mis en ligne le 28 décembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://emscat.revues.org/1643

Haut de page

Auteur

Xavier Hallez

 

Articles du même auteur

  • Elbegdorž Rinčino [Texte intégral]
    L’identité mongole en question. Construction et enjeux d’une idée de nation dans un monde en mouvement
    Paru dans Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines, 35 | 2004
Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École pratique des hautes études
  • Revues.org