Navigation – Plan du site
Première partie. Vers le soleil

Chapitre II. Noces chamaniques

Chapter II. Shamanic wedding
Jean-Luc Lambert
p. 161-216

Résumés

La question d’un éventuel mariage du chamane nganassane est posée. Car, d’une part, la canne en fer est l’attribut majeur du marieur nganassane — et, sous des formes proches, des marieurs de tous les groupes samoyèdes et ob-ougriens — qui, lors des demandes en mariage, effectue un déplacement comparable à celui du chamane lors de la fête. Car, d’autre part, une analyse des lanières rituelles utilisées pour la fête montre qu’elles renvoient à des « fils de vie » liés au soleil et à la lune, astres que les mythes associent à la fête annuelle et au mariage. Enfin, toute une série de récits nganassanes d’origine russe mettent en scène une fille du soleil (la princesse des contes européens) apportant chaleur et lumière au héros qui l’épouse. Comme les chamanes nganassanes la comptent parmi leurs esprits-auxiliaires, la fête annuelle célébrerait un mariage entre chamane et fille du soleil. Le rite ne doit toutefois pas être organisé en temps d’épidémies, car ce serait alors la femme-variole qui serait épousée par le chamane, ce qui entraînerait mort et désolation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Lambert, « Chapitre II. Noces chamaniques », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines, 33-34 | 2003, 161-216.

Référence électronique

Jean-Luc Lambert, « Chapitre II. Noces chamaniques », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 33-34 | 2003, mis en ligne le 17 mars 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://emscat.revues.org/1372 ; DOI : 10.4000/emscat.1372

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Lambert

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo École pratique des hautes études
  • Revues.org